10-16 Décembre 2017: Projection du film” Poisson d’or, poisson d’Afrique de Thomas Grand en Casamance

Tournée de projections en Casamance du film : Poisson d’or, poisson africain issu du projet « Lan mo niou desse » du 27 Novembre au 31 Décembre 2017

LAN MO NIOU DESSE ? (Que nous reste‐t’il ?)
Pêche, Transformation, Migrations en Casamance
RESUME DU FILM
La Casamance, région du Sud du Sénégal, est l’une des dernières zones refugespour la pêche artisanale et la transformation des produits halieutiques en Afrique de l’Ouest. Depuis dix ans maintenant, des migrants chaque jour plus nombreux, originaires de tout le Sénégal, de la Guinée Conakry, du Ghana, du Mali, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire et de toute la Sous‐Région viennent s’y installer.
La mer, créatrice d’emplois et protectrice de tant de familles, n’arrive plus à soulager tous ces nouveaux travailleurs. L’approvisionnement en produits halieutiques transformés dans la Sous‐Région, assuré par le labeur des pêcheurs artisans, des transformateurs, manoeuvres et manutentionnaires de la mer, et par l’organisation des commerçants et des transporteurs, est menacé par la raréfaction de la ressource et par l’intérêt croissant porté par les pays développés, les industriels et les usines exportatrices pour ces espèces de poissons.
Tout au long du film, à travers une série de portraits de travailleurs et grâce à une documentation précise sur ces métiers artisanaux de la pêche et de la transformation, « Lan mo niou dessé ? » (Que nous reste‐t’il ?) veut ouvrir un débat sur l’avenir de la pêche artisanale et de l’économie du poisson transformé par le vécu, le point de vue et les idées des acteurs de ce documentaire.
« Lan mo niou dessé » souhaite témoigner de la vie et du travail en 2014 de tous ces artisans de la mer dans une région très rarement filmée et trop peu médiatisée. Ces métiers de la mer et de la transformation, si nobles et si utiles pour nos populations, doivent continuer à exister.